qwant

Qwant, le moteur de recherche qui respecte la vie privée des internautes

 

S’attaquer à Google, il fallait oser ! Trois entrepreneurs français l’ont pourtant fait. Éric Léandri, expert en sécurité, Jean-Manuel Rozan investisseur, et Patrick Constant, ingénieur, rêvaient d’un moteur de recherche respectueux de la vie privée des internautes.

«La difficulté était de se faire une place face à Google, le plus puissant moteur de recherche du monde», se souvient Éric Léandri, président de Qwant. Mais en 2010, une brèche s’ouvre lorsque le géant américain décide de ne pas intégrer les réseaux sociaux dans son moteur, créant son propre réseau, Google+, et conservant les données des internautes.

Créer un Internet éthique

«La porte s’est ouverte car Google est devenu plus sélectif pour les référencements». Les 3 entrepreneurs prennent alors conscience qu’une place est à prendre. Le credo de Qwant ? «Créer un moteur de recherche neutre, qui donne toutes les informations existantes et non pas en fonction des goûts et des préférences des internautes, et, surtout qui respecte la vie privée !». Objectif ? «Créer un Internet éthique».

Qwant est ainsi lancé en France en 2013. Ses promesses ? Aucun trackage du temps de connexion, des recherches, des goûts, des comportements…

Axel Pringer injecte 8 M€ 

«Nous n’avons pas besoin de savoir qui sont les internautes», martèle Éric Léandri. Le moteur de recherche liste tous les résultats possibles de manière neutre, sans que l’historique entre en ligne de compte. C’est pourquoi la recherche se décline selon 3 grandes catégories : les sites Web, les actualités et les remontées des réseaux sociaux. Ce souci de confidentialité, préoccupation d’un nombre croissant d’internautes, a séduit les investisseurs.

Dès les débuts de l’aventure, Axel Pringer a d’ailleurs injecté 8 M€ dans la pépite niçoise, qui a également bouclé 2 tours de table conséquents : 25 M€ auprès de la Bpi puis 18,5 M€ auprès de la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

9 millions de visiteurs uniques en 2016

«Nous disposons d’un cash de 40 M€ pour faire face à notre forte croissance», se réjouit Éric Léandri. En effet, de 3 millions de visiteurs uniques enregistrés en 2015, la start-up est passée à 9 millions en 2016. Récemment, le record a été battu avec 36 millions de visiteurs uniques sur le seul mois de mars 2017 ! Qwant, désormais présent dans 25 pays et 18 langues, a déjà réussi à capter 3% de parts de marché au géant américain, avec un objectif de 10% d’ici 2 ans. Mais pas question d’aller chasser sur les terres américaines. «Nous voulons rester un moteur de recherche européen», assure Éric Léandri.

Une seconde version, Qwant Junior, destinée aux 6-13 ans, s’est d’ailleurs lancée avec le soutien de l’Éducation nationale pour être déployée dans les établissements scolaires sans publicité et en valorisant les contenus pédagogiques en page d’accueil. Qwant devrait séduire tous ceux qui veulent disposer d’un moteur de recherche garantissant leur anonymat.